Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

2010-12-08T00:00:00+01:00

Accompagner

Publié par pasteline

Aujourd'hui, je vais vous jeter pèle - mêle mes réflexions, mes sentiments, mon ressenti concernant un sujet qui est pour la plupart un questionnement face à une expérience dont nous ne sommes pas préparés mais que nous devons "subir" un jour ou l'autre.

Je souhaite en parler car autour de moi, beaucoup se trouvent en difficulté comme j'ai pu l'être aussi et je voudrai aider par mon vécu ceux qui en ont besoin de trouver une réponse à ce questionnement...

Comment devons nous accompagner nos vieux parents?

Quels comportements devons nous avoir face à eux?

Comment préserver nos parts d'indépendance sans culpabiliser?

Je veux parler d'accompagnement de personnes non malades mais vieillissantes. Comprendre les peurs, les angoisses, aller vers un accompagnement qui  ne nous déstabilise pas, qui ne nous grignote pas, aller vers eux en toute sérénité...

Quand un de nos parents se retrouve seul, nous, enfants, nous nous sentons dans l'obligation de les épauler et je pense que par là nous contribuons à leur dépendance.

Nous voulons les entourer, combler un vide, pas forcément le leur, mais le notre car l'absence est là  pour nous aussi

On se réconforte à travers elle ou lui et petit à petit la dépendance se fait. Le parent restant s'accroche à celui ( il fait un choix vers celui ou celle qui sera le plus disponible, il finit même parfois par écarter les autres afin que celui ci lui soit tout dévoué...) Il devient son phare, son guide dans la nuit qui approche...Il finit par s'imposer, s'immiscer  dans la vie de l'enfant, doucement mais surement. L'enfant, lui se laisse faire, il doit aider, il est bien, mais un jour il peut s'apercevoir qu'il occulte sa vie au détriment de celle de son parent. C'est alors le moment de la révolte, de la culpabilisation...Tout devient plus lourd  à gérer.

Je pense et là c'est mon expèrience, qu'il faut savoir, qu'il faut pouvoir dire non, simplement non, "aujourd'hui, je ne peux pas être avec toi, on se verra demain..." 9 chance sur 10 que le parent va vous parler "d'abandon", quel mot que le mot abandon... cela remue les tripes, fortement, et la culpabilité arrive insidieusement...Alors on fait machine arrière, et l'on se trouve concé, pris en étau...On vit mal ce moment parce que l'on sait que l'on a perdu, et que les jours avanceront et que l'étau se resserrera de plus en plus...

Ne pas céder, être ferme...On passera une mauvaise journée quand même...mais on s'apercevra que le monde ne s'est pas écroulé, que le parent a trouvé de quoi s'occuper...Il boudera peut être; mais faire comme si de rien n'était, continuer à la, le voir l'aider, l'amener à être de nouveau celui ou celle qu'il ou elle était...lui redonner l'envi sans pour autant lâcher complètement.

Se faire aider aussi dans les tâches quotidiennes par une auxiliaire de vie, que le parent finalement acceptera et à qui il racontera tous ses "malheurs, son abandon"...Tant pis, il faut accepter car au fond de soi, il faut savoir laisser une partie de sa place... et un regard nouveau peut changer parfois les choses.

Il ne faut surtout pas que les moments d'accompagnements deviennent des moments d'agacements mais doivent être des moments de joie, et de respect...Et pour cela il faut dès le départ ne pas se laisser devenir "dépendant de notre parent...car quand on fait le tour, qui des deux est dépendant? lui, nous?. Je suis encore en questionnement.

Mais je sais que j'accompagnerai maman dans sa vieillesse finale, sans remords, sans regrets, mais je sais aussi et c'est en cela que je fais mon article, que tant que le parent peut se suffire à lui même, il faut lui laisser diriger encore sa vie, sans la prendre forcément en main, viendra bien assez tôt le jour où...

Il faut apprendre aussi à continuer de vivre sa vie, sans s'oublier et ne pas s'éteindre en même tant qu'elle, ou lui...

Je souhaite que cet article puisse aider les personnes confrontées à ce problème à ne pas culpabiliser, 

Accompagner ne veut pas dire se fondre en ce parent, 

Accompagner ne veut pas dire s'oublier

Accompagner veut dire aller avec ... sur une voie parrallèle et qui ne se rejoint pas...

MF 

 

Voir les commentaires

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

commentaires

Le pèlerin 12/12/2010 17:46


Sujet d'autant plus compliqué que chaque cas est particulier. ce que je trouve difficile, c'est le passage progressif vers un état de dépendance qui est refusé. Comment faire admettre à son père
que c'est le moment d'accepter de ne plus conduire, et de permettre à un autre d'assurer la gestion de ses comptes ? Comment faire comprendre que les enfants sont devenus des adultes dont
l'expérience et la sagesse doit désormais être prise en compte ? Comment aussi pour nous que nos parents deviennent petit-à-petit comme nos enfants ? Comment aussi garder la bonne distance ? Il y
faut un mélange de patience, de tendresse et de fermeté.


pasteline 12/12/2010 19:07



comme tu dis juste... l'acceptation à l'état de dépendance. parfois on ne peut plus que prendre en main les gestes quotidiens.


Je suis confronté à ce problème et pour en avoir parlé avec le médecin, je prends doucement mais surement les problèmes de la vie en main. Le non sera toujours là mais pour la tranquilité de
tous, le oui doit venir de nous...


Le plus dur pour moi a été de ne pas perdre patience, et de laisser la tendresse être toujours présente... recommencer encore et encore à dire et redire les mêmes choses, c'est usant avant de
pouvoir mettre un mot sur le pourquoi...


courage car il en faut... ne pas se laisser enliser non plus...


belle soirée



Philippe D 09/12/2010 21:11


Je crois que les parents sont champions dans l'art de faire culpabiliser leurs enfants.
J'ai la chance d'avoir, encore, les deux et je vais les voir tous les samedis. J'ai aussi une tante dans une maison de retraite, je passe également la voir le samedi. Un peu lourd parfois mais je
ne peux faire autrement. J'ai tellement de chance de les garder tous les trois!

Bonne soirée.


pasteline 11/12/2010 11:29



oh oui, et nous nous laissons prendre parfois au piège affectif!


bon courage! Dieu te le rendra...



Bleue-Farandole 08/12/2010 21:21


Ma Pastou, je pense bien à toi! je suis un peu patrac ces jours-ci, nauséees et fatigue, une gastro encore ou bien le stress des fêtes de famille! tu sais bien! pour ce que tu évoques-là, j'ai bien
éprouvé tout ça mais il n'a pas non plus de recette, ce que je peux témoigner, c'est que LE seigneur nous donne la marche à suivre au fur et à mesure et si on se goure, Il nous rattrape et nous
remet en phase! Alors gardons confiance ma Pastou! Mille bisous! A+! Douce nuit!


pasteline 11/12/2010 11:30



rétablis toi vite... et ne sresse pas, Noel est une fête de joie et de partage, et quoique tu fa&sses, si ton coeur y est ce sera bien...


gros bisous et très belle journée



Agnès 08/12/2010 20:18


Que répondre à ton article ? Pas grand-chose où tu as su poser les vrais problèmes, les vraies questions ? Merci pour cet article qui est magnifique dans sa vérité. Agnès


pasteline 11/12/2010 11:31



Merci Agnès!



ZAZA 08/12/2010 18:20


très beau texte pasteline. bises


pasteline 08/12/2010 19:39



merci; bises



rouergat 08/12/2010 17:03


Bonsoir Pasteline
A mesure que l'on ajoute des années on y pense aussi et l'on souhaite évidemment de n'être pas une charge pour les autres, mais l'on n'est pas maître de son destin
Amicalement


pasteline 08/12/2010 19:43



c'est sûr, nous vieillissons tous et nous nous posons ce genre de question!


je ne parle pas de charge, je parle de relation à l'autre afin que la vieillesse se passe au mieux dans le respect de chacun... Tout serait alors plus facile, et l'entraide ne serait que
meilleur... car entraide il doit y avoir...


amitiés et très belle soirée



lulu47 08/12/2010 16:00


BONSOIR pasteline .la c'est un sacre cas de concience que tu poses la.j'y ai deja tellement pense a cela.pour nous la question ne se pose pas etant donne que mes parents et beaux parents je ne les
ai connu .quand ala question que ferons de nous nos enfants .la est bien la question.si j'ai le bonheur de vivre assez vieux avec mon epouse .le probleme sera de vivre chez soi.mais le contraire je
vais t'avouer sincerement je n'ose y penser.question sans reponse .....bonne soiree et merci a toi d'avoir souleve ce probleme si crucial .amities lulu


pasteline 08/12/2010 19:46



question qu'il faut soulever parfois pour peut-être  faire en sorte qu'un jour tout se passe pour le mieux...entraide il doit y avoir, mais entraide sereine qui apporte à l'un et à
l'autre...


amitié et passe quand même une bonne soirée sans trop te faire du souci, au moment où cela arrivera, souviens toi de ce texte... qui un jour t'a interpellé


amitiés, Pasteline



jean 08/12/2010 09:14


Bonjour
Mes parents son parti assez jeune... et aucun problème ne c'est posé....par contre pour mes beau-parents, car nous étions trop loin...
Ils auraient voulu que nous venions vivre avec eux, ce qui était impossible, ils en ont voulu à leur fille..mon épouse a souffert de ne pas pouvoir les soigner comme elle aurait voulu... ce n'est
pas toujours facile du tout...
Sincèrement
Jean


pasteline 08/12/2010 19:50



bonsoir,


dis à ton épouse qu'il n'y a pas à culpabiliser, la vie de chacun doit se faire. Il ont été soignés par par elle mais n'ont pas été sans soins.. et je suis sûr que ton épouse a fait tout ce qu'il
fallait même de loin pour être au plus prés, par la pensée, la communication...


amitiés


Pasteline



canelle56 08/12/2010 08:54


Bonne manière pour apprendre à relativiser les choses , merci pour cet article
bises et bonne journée


pasteline 08/12/2010 19:51



thérapie par l'écriture!


bises et belle soirée



Snow 08/12/2010 04:09


Allo Pasteline, le parent a besoin d'être supporté à retrouver son autonomie en le remettant doucement devant ses affaires à lui (ou elle). Ce n'est pas un service à rendre pour personne de faire à
leur place, comme tu le dis, ça les rend dépendant, et ça peut participer à les infantiliser. Créer un climat d'autonomie pour tous est ce qui le rendra responsable de lui-même. Et c'est justement
une preuve d'amour je trouve d'être vrai avec cette personne, même si elle en arrache au début. Bonne journée!


pasteline 08/12/2010 19:53



tu as un commentaire très juste. Ne pas les infantiliser mais les laisser continuer à vivre tout naturellement jusqu'au jour où... il faudra leur tendre la main...


belle soirée, bises



Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog