Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

2010-01-26T00:00:00+01:00

il était une flûte

Publié par pasteline

Il était une flûte et un berger.
Un jour la flûte dit au berger :
Ecoute, je veux vivre un peu
Laisse moi voyager, vends moi...
Ainsi fut fait et la flûte partit.
De ville en ville, elle connut l'ennui :
Sur la grande cheminée de salon d'un snob.
Puis ce fut la longue monotonie
chez un drogué.
Et le mensonge...
Chez un marchand de serpents.
La politique chez un intellectuel.
Mais, "mon berger, mon doux berger, rien ne te remplace.
J'étais si bien chez toi
Quand parfois tu aimais jouer...
 
Je ne sais pas de qui est ce conte...je le trouve très beau, et je vous invite à en dire votre ressenti...
Alors à vos plume, j'attends une dissertation sur le pourquoi du départ de la flûte...
De mon côté j'en fais de même...

à demain
MF

Voir les commentaires

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

commentaires

Oo° Kri °oO 26/01/2010 20:44


Un très bon conte...
je te souhaite une douce nuit


Thérèse 26/01/2010 15:14


Je crois qu'elle symbolise l'humain jamais satisfait de ce qui'il a à sa portée, il cherche toujours mieux ailleurs pour au final se rendre compte que ce qu'il avait était fait pour lui. On sait ce
qu'on a mais on ne sait pas ce qu'on va trouver...
Bises et bonne fin d'après-midi


pasteline 28/01/2010 20:28


très belle déduction...on court parfois après l'éphèmère...
bises et bonne soirée


© ROSIA 26/01/2010 10:06


Bonjour Pasteline............tout comme le pèlerin.........cette belle histoire m'a tout de suite rappeller la parabole du fils prodigue........

C'est la première fois que je lis cete histoire.........merci pour ce billet......Douce et agréable journée...........ROSIA


Le pèlerin 26/01/2010 09:32


Mais pourquoi donc la flûte a-t-elle eu le sentiment qu'elle ne vivait pas assez, qu'il y avait une part d'elle qui aspirait à un plus de vie ?
ce berger était-il un mauvais berger ? Non, puisqu'elle va le regretter.
Plus probablement n'a-t-elle pas laissé le souffle du berger l'éveiller jusqu'au bout de la vie qui était en elle. Alors elle va partir vers ce qu'elle croit être les vrais plaisirs de la vie. Et
après bien des désillusions, elle va se souvenir combien son berger aimait la faire chanter.
Ca me rappelle la parabole du fils prodigue.


canelle56 26/01/2010 08:45


Bonjour Pasteline , je pense qu'on pense toujours trouver mieux ailleurs, parfois cela doit être vrai , d'autre non , ne dit-on pas "on sait ce qu'on quitte et on se sait pas ce qu'on va
trouver"
Mais l'expérience ne doit elle pas être tentée parfois
bises et bonne journée


Iris 26/01/2010 08:29


la vie avait fini par devenir monotone sans doute, pour elle, et elle s'est mise à rêver d'ailleurs, d'aventures, de nouvelles sensations, de nouveaux rivages, de nouvelles expériences, éblouies
qu'elle était par tout ce qu'elle pouvait voir ou entendre.....mais une fois partie, loin de son berger aimant, la vie tout à coup lui a paru bien terne finalement, et elle a enfin compris que près
de son berger elle avait tout ce qu'il lui fallait, et que tout le reste n'etait que poudre aux yeux, le bonheur est fait de petites choses au quotidien, là à portée de main, à porté de coeur nul
besoin de courir le monde pour le trouver, courir le monde ne sert finalement qu'à ouvrir un peu plus l'esprit aux choses de la vie, et à prendre conscience de quoi le bonheur le vrai est fait
...c'est sans doute pourquoi elle n'espérait plus désormais qu'une seule chose revenir à son point de départ, dans les bras et sous le toit de son petit berger qui lui ; était sincère honnête et
aimant ....elle a vu tant de faux amis au cours de son périple ! bonne journée à toi bisous bisous


bongo 26/01/2010 07:47


On peut s'égarer sur des chemins de traverse...
L'image du Berger me fait penser aussi au Berger de nos vies... Comme si ce petit texte nous disait qu'il faut chanter pour Lui, plutôt que pour de faux maîtres (l'argent, le pouvoir,
l'orgueil...)
Bonne journée Pasteline


titi 26/01/2010 06:22


Je pense que la flûte a voulu partir car elle s'ennuyer de trop à la campagne.... Elle avait envie de découvrir le monde ayant un esprit aventurier mais elle s'aperçut très vite que la vie en ville
n'était pas ce dont elle rêvait et regretta le temps jadis passé avec le berger.

Bonne journée Pasteline, bise


harmonie37 26/01/2010 00:20


La vie quotidienne entraine la routine, on fini par ne plus voir les bonheur de la vie.
La routine qui s'installe, loin de paraître un doux équilibre, fait ressentir l'ennuie dans une vie qui nous paraît si petite.
Le monde est si grand, si vaste, ces paysages nous attirent comme mille feux qui nous aveuglent.
Mais en ce grand monde quoi de plus beau qu'un petit berger aimant.

gros bisous Pasteline


Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog